Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Requiem pour un jeune soldat Monte Cassino

BAT-2-MonteCassinoDEF-NM[1]

 

 

 

img021.jpg

 

__________________________________________________________________________________________

Critiques, analyses et avis :

 

img111.jpg

_________________________________________________________________________________________

 

Requiem pour un jeune soldat, un roman historique poignant

 

Renée Bonneau a déjà publié des romans policiers historiques et a collaboré à plusieurs ouvrages d'art. Elle nous livre, avec « Requiem pour un jeune soldat », un roman historique poignant.

 L'histoire se déroule en Toscane en 1944. La violente bataille du Monte Cassino vient d'avoir lieu. Les SS, alors que l'armée allemande se replie vers le nord, continuent à se battre contre les partigiani. Ils commettent de nombreux meurtres et pillages dans les villages de Toscane et de Ligurie.


L'abbaye du Mont Cassin a été réduite à l'état de ruines au cours d'un bombardement américain. A quelques kilomètres, une partie d'un couvent cistercien a été aménagée en hôpital de campagne allemand. Là, un infirmier et les moines tentent de calmer les douleurs et les angoisses des soldats agonisants. Un jeune autrichien, grièvement blessé et le moine qui le veille vont sympathiser. Le moine ayant appris l'allemand va pouvoir échanger avec le soldat. Ensemble, ils vont essayer, au-delà de la souffrance, des bruits des combats alentours, des cauchemars, des horreurs qui leur parviennent chaque jour, de faire revivre leurs souvenirs d' « avant ». La musique, la beauté des paysages de Toscane, les trésors de l'abbaye détruite, entre autres sujets d'évasion.


Même si son histoire est bien sûr très différente, un peu à l'instar d'Alain Blottière dans « Le tombeau de Tommy » (Folio), Renée Bonneau évoque avec élégance la fraternité, la compassion et la dignité d' êtres confrontés aux pires épreuves. Elle a choisi un autre lieu, d'autres personnages, mais souligne également l'absurdité et la violence des combats, des destructions et de ces soldats du même âge qui s'entretuent sans bien comprendre pourquoi ils se battent, ignorant parfois les pires exactions de leurs compatriotes.
Ce court roman a également le mérite de mettre en exergue une bataille assez méconnue pourtant extrêmement meurtrière, pour toutes les armées présentes, mais particulièrement pour les polonais. Il pose également la question de la foi religieuse de ces hommes pour qui plus rien n'avait encore vraiment de sens, tant la mort rôdait autour d'eux, omniprésente.

 

Publié le 25 mars 2011 par LescaleLitteraire  Paperblog

 

___________________________________________________________________________________________

 

Requiem pour un jeune soldat  Communauté Livre Orange 2011


Par : STEPHANE NARDO le 18/02/2011

 

1944. Sur fond de campagne Toscane aux couleurs opposées de rouge sang et de vert donnant l'espoir, l'horreur de la guerre qui se termine, plante le décor dans un monastère cistercien. Se retrouvent alors des blessés de la force Allemande aux soins de ces moines. Franz, 20 ans, condamné par ses blessures, dialogue très vite avec le père Mattéo, avec lequel, l'amour, la religion, la musique et toutes les valeurs de l'homme lui permettront de partir en "Paix".

 

J'ai vraiment aimé ce roman historique. Pourquoi?
Tout d'abord car il est neutre dans tous jugement. Il y a un vrai message, quoi que l'on puisse en penser. Un message neutre mais franc et direct. L'horreur de la guerre qui en fait ses victimes, conscients ou inconscients, coupables ou non, responsables ou non. Le style est simple, clair, les chapitres courts mais d'une force intense.

 

On finit par entendre cette musique jouée par ce moine, et ces chants grégoriens qui accompagnent notre lecture.

Oui, c'est définitivement beau.

L'homme est-il bon ou mauvais?

A vous de voir

 

___________________________________________________________________________________________

 

Requiem pour un jeune soldat, février 2011

 

"Dans un style retenu et plein d'émotion, Renée Bonneau a imaginé, à partir d'une solide documentation et de recherches multiples, l'histoire du jeune soldat allemand dont elle a, par hasard, découvert la tombe qui se trouve, contrairement à tous les usages, dans le cimetière d'un monastère cistercien, à Casamari, dans les Abruzzes, qui servit d'hôpital à quelques kilomètres de Monte Cassino et des combats qui y firent rage.

Dans une langue simple, elle évoque la relation et les échanges entre ce jeune soldat, viennois et violoncelliste, et le moine infirmier germanophone qui le soigne et l'assiste: Schubert, la guerre, la vie, la mort et beaucoup d'autres choses. C'est poignant, jamais pesant, plein de pudeur et d'humanité: tout simplement superbe.

 

Politeia.org 

 

Professeur Jean Marc Berlière.  Université de Dijon.

Partager cette page

Repost 0