Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Conférences

 


Conférences


BAT-2-MonteCassinoDEF-NM[1]

 

 

 

 

 

 

 

 

     La bataille de Monte Cassino, épisode sanglant de la campagne d'Italie. Pourquoi le bombardement du monastère?Etait-il nécessaire pour libérer la montée des alliés vers Rome?  qui a réellement sauvé les trésors de l'abbaye? Sur ce fond historique se greffe l'histoire mi-réelle mi rêvée inspirée par la découverte dans le cimetière d'une abbaye cistercienne  de la tombe d'un jeune soldat autrichien.

 

 

      Je présenterai cette conférence à la médiathèque de Garches  le 19 mai 2015

 

 

 

 

 

 

Je suis à la disposition des associations et bibliothèques intéressées. 




        

 

 


 

 

 

  L'Incendie du Bazar de la Charité.


 

 

 

 Le 4 mai 1897, à 16h 25,  à la suite de l'imprudence d'un opérateur, une lampe  à éther prend feu dans la cabine de projection du cinématographe du Bazar de la Charité, rue Jean Goujon. ( Le cinéma est inventé depuis un an) . Enflammant tentures et velum,  l'incendie se propage en un éclair dans l'allée, aménagée et décorée en rue moyen-âgeuse où les dames de la haute société  tiennent les comptoirs de leurs bonnes oeuvres. Un millier de personnes sont prises au piège et  environ 140 personnes périssent en quelques minutes, presque toutes des femmes, les hommes et les jeunes gens présents, à 4 exceptions près, les ayant bousculées, frappées à coups de canne et  piétinées pour sortir les premiers. Le Bazar a disparu en un quart d'heure, sans que les pompiers puissent  faire autre chose que d'arroser les décombres.
Les corps sont méconnaissables, et l'identification des cas les plus difficiles sera confiée à la toute nouvelle police scientifique du Quai des Orfèvres, mise en place par Alphonse Bertillon. La Duchesse d'Alençon, morte héroïquement, sera identifiée par son dentiste.

La  rubrique nécrologique des journaux s'allonge de jour en jour et la presse relate à l'envie les scènes d'horreur, d'héroïsme et de lâcheté. 
Les suites judiciaires, morales et politiques, occuperont Paris pendant de longs mois. Le préfet Lépine devra se justifier devant la Chambre de n'avoir pas contrôlé la sécurité.

       





Partager cette page

Repost 0